Page:Leconte de Lisle - Histoire populaire du Christianisme, 1871.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

miracle leur permit de prêcher l’Évangile aux nations étrangères, car le patois syro-chaldaïque dont ils se servaient n’y eût pas suffi.

En ce temps-là, d’après le livre des Actes, un magicien, nommé Simon, reçut le baptême, à Samarie, des mains de saint Philippe. Immédiatement, il déclara qu’il était la Vertu de Dieu. Il allait de ville en ville, accompagné d’une courtisane qui était sa pensée incarnée et par laquelle il avait créé les Anges et les Puissances. Cette doctrine lui attira de nombreux disciples. Néanmoins, les facultés merveilleuses dont il était doué ne lui suffirent pas, car il voulut acheter de saint Pierre et de saint Jean le pouvoir de conférer le Saint-Esprit. Les Apôtres s’y étant refusés, Simon persista dans les prodiges qu’il opérait, mais uniquement à l’aide de sa science magique, ce qui était bien différent. L’Église a donné depuis le nom de simonie au trafic des choses saintes.

Dans l’intervalle, le pharisien Saül, qui persécutait cruellement les disciples du Christ, fut frappé d’une lumière soudaine sur le chemin de Damas, renversé et aveuglé. Une voix lui dit : « Pourquoi me persécutes-tu ? » Ces paroles le convertirent instantanément. Il reçut le baptême des mains d’Ananias et prit le nom de Paul.

Saint Paul devint l’Apôtre des Gentils. L’Église lui attribue des épîtres célèbres adressées à divers peuples et à diverses personnes sur des questions de foi et de discipline. Ce fut un grand voyageur et un grand organisateur. Il nous apprend qu’ayant été ravi au troisième ciel, il y fut initié à des se-