Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
156
POÈMES BARBARES.


Tu me reverras du cœur et des yeux,
Et je te réserve, enfant, dans mes cieux,
La vie éternelle après cette terre ! —
Parmi les vivants morte désormais,
La vierge Ayscha ne sortit jamais
          Du noir monastère.