Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
9
QAÏN.


Qaïn, Qaïn, Qaïn ! Dans la nuit sans aurore,
Dès le ventre d’Héva maudit et condamné,
Malheur à toi par qui le soleil nouveau-né
But, plein d’horreur, le sang qui fume et crie encore
Pour les siècles, au fond de ton cœur forcené !

Malheur à toi, dormeur silencieux, chair vile,
Esprit que la vengeance éternelle a sacré,
Toi qui n’as jamais cru, ni jamais espéré !
Plus heureux le chien mort pourri hors de ta ville !
Dans ton crime effroyable Iahvèh t’a muré. —

Alors, au faîte obscur de la cité rebelle,
Soulevant son dos large et l’épaule et le front,
Se dressa lentement, sous l’injure et l’affront,
Le Géant qu’enfanta pour la douleur nouvelle
Celle par qui les fils de l’homme périront.

Il se dressa debout sur le lit granitique
Où, tranquille, depuis dix siècles révolus,
Il s’était endormi pour ne s’éveiller plus ;
Puis il regarda l’ombre et le désert antique,
Et sur l’ampleur du sein croisa ses bras velus.

Sa barbe et ses cheveux dérobaient son visage ;
Mais, sous l’épais sourcil, et luisant à travers,
Ses yeux, hantés d’un songe unique, et grands ouverts,
Contemplaient par delà l’horizon, d’âge en âge,
Les jours évanouis et le jeune univers.