Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



HÈLÈNE.


Toi que les dieux ont fait confident de leur haine,
De quels funestes coups frapperont-ils Hélène ?


DÉMODOCE.


Laissons faire les dieux. Oublie un vain discours.
Que Zeus et que Pallas te gardent de beaux jours.
Puisse la paix divine et la forte sagesse
Descendre dans ton âme et bannir ta tristesse !
La sereine douceur d’un amour vertueux
Verse le calme au fond des cœurs tumultueux ;
Tel, dans la voûte obscure où grondent les orages,
Un regard d’Hélios dissipe les nuages.


HÈLÈNE.


Mon père, ta sagesse est grande. Que le ciel