Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Autour d’elle, à ses pieds, actives, et roulant
La quenouille d’ivoire au gré de leur doigt blanc,
Vingt femmes de Lydie aux riches bandelettes
Ourdissent finement les laines violettes.
Telles, près de Thétis, sous les grottes d’azur
Que baigne incessamment un flot tranquille et pur,
En un lit de corail les blanches Néréides
Tournent en souriant leurs quenouilles humides.

Pourtant les serviteurs font d’un bras diligent
Couler les vins dorés des cratères d’argent ;
Le miel tombe en rayons des profondes amphores ;
Aux convives du Roi les jeunes canéphores
Offrent les fruits vermeils. — Sous le festin fumant
La table aux ais nombreux a gémi longuement.