Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/303

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les entrailles du monde et jusqu’à l’Hadès effrayé.
De leurs soixante voix l’injure irrésistible
Retentit tout à coup dans l’Olympe paisible...
Mais ne pouvant porter au sein des larges cieux,
Terreur des Immortels, leurs fronts audacieux,
Les premiers, Diophore et l’informe Encelade,
De l’Empire céleste ont tenté l’escalade !

L’Ossa déraciné s’amasse sur l’Hémus,
Et tous deux sur Athos ! Puis, dans les airs émus,
Le sombre Pélion sur l’Œta s’amoncelle...
L’échelle monstrueuse en sa hauteur chancelle !
Mais, franchissant d’un bond ses immenses degrés,
Les Géants vont heurter les palais éthérés.
Tout tremble ! En vain la foudre au bras de Zeus s’embrase ;
Sous leurs blocs meurtriers dont la lourdeur écrase,