Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


J’en atteste l’Hadès et l’Olympe étoilé !
Bannis de ton esprit le doute qui l’assiège.
Non, ce n’est point en vain, vierges aux bras de neige,
Que l’Immortelle née au sein des flots amers
A tourné notre proue à l’horizon des mers,
Et que durant dix jours nos rames courageuses
Ont soulevé l’azur des ondes orageuses.


LE CHŒUR DE FEMMES.


Ô cruelle Aphrodite, et toi, cruel Éros !


LE CHŒUR D’HOMMES.


Enfant, roi de l’Olympe ! ô reine de Paphos !


DÉMODOCE.


La jeunesse est crédule aux espérances vaines :