Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les vents emporteront ta poussière inféconde,
Ilion ! mais Hellas illumine le monde !



V


HÉLÈNE, PÂRIS, DÉMODOCE,
Chœur de Femmes, Chœur d’Hommes.


HÈLÈNE.


Tes lèvres ont goûté le froment et le vin,
Fils de Priam. Ainsi l’a voulu le destin.
Des dieux hospitalier j’ai gardé la loi sainte.
Mais de Sparte déjà dorant la vaste enceinte,
L’aurore a secoué ses rosés dans l’azur,
L’étoile à l’horizon incline un front obscur,
Dans le large Eurotas ta trirème lavée