Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour le serviteur qui est avec moi. Nous n’avons besoin de rien, sinon qu’on nous loge.

20 Le vieillard lui répondit : La paix soit avec vous : je vous donnerai tout ce qui vous sera necessaire ; je vous prie seulement de ne point demeurer dans cette place.

21 Il les fit donc entrer dans sa maison, il donna à manger aux ânes ; et pour eux, après qu’ils eurent lavé leurs pieds, il les fit mettre à table, et leur fit festin.

22 Pendant qu’ils étaient à table, et que fatigués du chemin ils mangeaient et buvaient pour reprendre leurs forces, il vint des hommes de cette ville, qui étaient des enfants de Bélial, c’est-à-dire, sans joug ; et environnant la maison du vieillard, ils commencèrent à frapper à la porte, en criant au maître de la maison, et lui disant : Faites sortir cet homme qui est entré chez vous, afin que nous en abusions.

23 Le vieillard sortit dehors pour leur parler, et leur dit : Gardez-vous, mes frères, gardez-vous bien de faire un si grand mal ; car j’ai reçu cet homme comme mon hôte : cessez de penser à cette folie.

24 J’ai une fille vierge, et cet homme a sa concubine ; je vous les amènerai, et vous les aurez pour satisfaire votre passion : je vous prie seulement de ne pas commettre à l’égard d’un homme ce crime détestable contre la nature.

25 Mais le Lévite voyant qu’ils ne voulaient point se rendre à ses paroles, leur amena sa femme, et l’abandonna à leurs outrages ; et ayant abusé d’elle toute la nuit, quand le matin fut venu, ils la laissèrent.

26 Lorsque les ténèbres de la nuit se dissipaient, cette femme vint à la porte de la maison où était son mari, et y tomba étendue par terre.

27 Le matin son mari s’étant levé, ouvrit la porte pour continuer son chemin, et il y trouva sa femme couchée par terre, ayant les mains étendues sur le seuil de la porte.

28 Il crut d’abord qu’elle était endormie, et lui dit : Levez-vous, et allons-nous-en. Mais elle ne répondant rien, il reconnut qu’elle était morte ; et l’ayant prise, il la remit sur son âne, et s’en retourna en sa maison.

29 Etant venu chez lui, il prit un couteau, et divisa le corps de sa femme avec ses os en douze parts, et en envoya une part en chacune des tribus d’Israël.

30 Ce que les enfants d’Israël ayant vu, ils crièrent tous d’une voix : Jamais rien de tel n’est arrivé dans Israël, depuis le jour que nos pères sortirent d’Egypte jusqu’aujourd’hui : prononcez là-dessus, et ordonnez tous ensemble ce qu’il faut faire en cette rencontre.



ALORS tous les enfants d’Israël se mirent en campagne, et s’étant assemblés comme un seul homme, depuis Dan jusqu’à Bersabée et de la terre même de Galaad, se rendirent à Maspha, pour consulter le Seigneur.

2 Tous les chefs du peuple et toutes les tribus d’Israël se trouvèrent dans l’assemblée du peuple de Dieu, au nombre de quatre cent mille hommes de pied, tous hommes de guerre.

3 Et les enfants de Benjamin surent bientôt que les enfants d’Israël étaient allés tous ensemble à Maspha. Le Lévite, mari de la femme qui avait été tuée, étant interrogé de quelle manière un si grand crime s’était commis,

4 répondit : Etant allé dans la ville de Gabaa, de la tribu de Benjamin, avec ma femme, pour y passer la nuit ;

5 les hommes de cette ville-là vinrent tout d’un coup la nuit environner la maison où j’étais, pour me tuer, et ils ont outragé ma femme avec une brutalité si furieuse et si incroyable, qu’enfin elle en est morte.

6 Ayant pris ensuite son corps, je l’ai coupé en morceaux, et j’en ai envoyé les parts dans tout le pays que vous possédez, parce qu’il ne s’est jamais commis un si grand crime, ni un excès si abominable dans tout Israël.

7 Vous voilà tous, ô enfants d’Israël ! voyez ce que vous devez faire.

8 Tout le peuple qui était là lui répondit comme s’ils n’eussent été qu’un seul homme : Nous ne retournerons point à nos tentes, et personne ne retournera en sa maison,

9 jusqu’à ce que nous ayons exécuté ceci tous ensemble contre Gabaa :

10 Qu’on choisisse d’entre toutes les tribus d’Israël dix hommes de cent, cent de mille, et mille de dix mille, afin qu’ils portent des vivres à l’armée, et que nous puissions combattre contre Gabaa de Benjamin, et rendre la punition que nous en ferons égale au crime qu’elle a commis.

11 Ainsi tout Israël se ligua contre cette ville, comme s’il n’eût été qu’un seul homme, n’ayant tous qu’un même esprit et une même résolution ;

12 et ils envoyèrent des ambassadeurs vers toute la tribu de Benjamin, pour leur dire : Pourquoi une action si detestable s’est-elle commise parmi vous ?

13 Donnez-nous les hommes de Gabaa qui sont coupables de ce crime infâme, afin qu’ils meurent, et que le mal soit banni d’Israël. Les Benjamites ne voulurent point se rendre à cette proposition des enfants d’Israël qui étaient leurs frères ;

14 mais étant sortis de toutes les villes de leur tribu, ils s’assemblèrent à Gabaa,