Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/444

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


y avoir été appelé par son ordre, est mis à mort infailliblement à la même heure, à moins que le roi n’étende vers lui son sceptre d’or, pour marque de clémence, et qu’il lui sauve ainsi la vie. Comment donc puis-je maintenant aller trouver le roi ; puisqu’il y a déjà trente jours qu’il ne m’a point fait appeler ?

12 Mardochée ayant entendu cette réponse,

13 envoya encore dire ceci à Esther : Ne croyez pas qu’à cause que vous êtes dans la maison du roi, vous pourriez sauver seule votre vie, si tous les Juifs périssaient.

14 Car si vous demeurez maintenant dans le silence, Dieu trouvera quelque autre moyen pour délivrer les Juifs, et vous périrez, vous et la maison de votre père. Et qui sait si ce n’est point pour cela même que vous avez été élevée à la dignité royale, afin d’être en état d’agir dans une occasion comme celle-ci ?

15 Esther envoya faire cette réponse à Mardochée :

16 Allez, assemblez tous les Juifs que vous trouverez dans Suse, et priez tous pour moi. Passez trois jours et trois nuits sans manger ni boire, et je jeûnerai de même avec les filles qui me servent ; et après cela j’irai trouver le roi contre la loi qui le défend, et sans y être appelée, en m’abandonnant au péril et à la mort.

17 Mardochée alla aussitôt exécuter ce qu’Esther lui avait ordonné.



LE troisième jour Esther se vêtit de li ses habits royaux, et s’étant rendue dans la salle intérieure de l’appartement du roi, elle s’arrêta vis-à-vis la chambre du roi. Il était assis sur son trône dans l’alcôve de sa chambre, tout vis-à-vis de la porte même de sa chambre.

2 Et ayant vu paraître la reine Esther, elle plut à ses yeux, et il étendit vers elle le sceptre d’or qu’il avait à la main. Esther s’approchant baisa le bout du sceptre.

3 Et le roi lui dit : Que voulez-vous, reine Esther ? que demandez-vous ? Quand vous me demanderiez la moitié de mon royaume, je vous la donnerais.

4 Esther lui répondit : Je supplie le roi de venir aujourd’hui, s’il lui plaît, au festin que je lui ai préparé, et Aman avec lui.

5 Qu’on appelle Aman, dit le roi aussitôt, afin qu’il obéisse à la volonté de la reine. Le roi et Aman vinrent donc au festin que la reine leur avait préparé.

6 Et le roi lui dit après avoir bu beaucoup de vin : Que désirez-vous que je vous donne, et que me demandez-vous ? Quand vous me demanderiez la moitié de mon royaume, je vous la donnerais.

7 Esther lui répondit : La demande et la prière que j’ai à faire est,

8 que si j’ai trouvé grâce devant le roi, et s’il lui plaît de m’accorder ce que je demande, et de faire ce que je désire, que le roi vienne encore, et Aman avec lui, au festin que je leur ai préparé, et demain je déclarerai au roi ce que je souhaite.

9 Aman sortit donc ce jour-là fort content et plein de joie ; et ayant vu que Mardochée, qui était assis devant la porte du palais, non-seulement ne s’était pas levé pour lui faire honneur, mais ne s’était pas même remué de la place où il était, il en conçut une grande indignation ;

10 et dissimulant la colère où il était, il retourna chez lui, et fit assembler ses amis avec sa femme Zarès.

11 Et après leur avoir représenté quelle était la grandeur de ses richesses, le grand nombre de ses enfants, et cette haute gloire où le roi l’avait élevé au-dessus de tous les grands de sa cour et de tous ses officiers,

12 il ajouta : La reine Esther n’en a point aussi invité d’autres que moi pour être du festin qu’elle a fait au roi, et je dois encore demain dîner chez elle avec le roi.

13 Mais quoique j’aie tous ces avantages, je croirai n’avoir rien, tant que je verrai le Juif Mardochée demeurer assis devant la porte du palais du roi.

14 Zarès, sa femme, et tous ses amis lui répondirent : Commandez qu’on dresse une potence fort élevée, qui ait cinquante coudées de haut, et dites au roi demain au matin, qu’il y fasse pendre Mardochée : et vous irez ainsi plein de joie au festin avec le roi. Ce conseil lui plut, et il commanda qu’on préparât cette haute potence.



LE roi passa cette nuit-là sans dormir, et il commanda qu’on lui apportât les histoires et les Annales des années précédentes. Et lorsqu’on les lisait devant lui,

2 on tomba sur l’endroit où il était écrit de quelle sorte Mardochée avait donné avis de la conspiration de Bagathan et de Tharès, eunuques, qui avaient voulu assassiner le roi Assuérus.

3 Ce que le roi ayant entendu, il dit : Quel honneur et quelle récompense Mardochée a-t-il reçue pour cette fidélité qu’il m’a témoignée ? Ses serviteurs et ses officiers lui dirent : Il n’en a reçu aucune récompense.

4 Le roi ajouta en même temps : Qui est là dans l’antichambre ? Or Aman était entré dans la salle intérieure de l’appartement du roi pour le prier de commander que Mardochée fût attaché à la potence qu’il lui avait préparée.

5 Ses officiers lui répondirent : Aman est dans l’antichambre. Le roi dit : Qu’il entre.