Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
125
HENRI-CHARLES READ.


Et si quelque femme, demain,
Me plaît et m’attire près d’elle.
On pourra dire que sa main
               Est belle.





*
*       *




Le temps fuit, au loin emporté,
 Et n’est qu’un leurre :
          D’où vient qu’on pleure
Sans cesse sa rapidité ?

Au milieu de l’éternité
          Qu’est-ce qu’une heure ?
          Rien ne demeure,
Tout passe dans l’immensité !

Et pourtant, ivre de tendresse,
Quand je suis près de ma maîtresse
          À l’œil rêveur,

Qui me lutine et me caresse,
Une heure, une heure de paresse
          A sa valeur !





PORTRAIT




Comme une jeune Infante, au mince et long corsage,
Au coup d’œil à la fois hautain et sérieux,
Au dédaigneux maintien, à l’air religieux,
Dont rien ne peut troubler le calme et pur visage,