Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
222
ANTHOLOGIE DU XIXe SIÈCLE.


La crânerie est sans seconde
Qui dans vos yeux met un éclair ;
Nous sembleriez braver la mer
Si vous n’étiez pas aussi blonde.

Mais vous êtes là simplement
Pour faire l’antithèse exquise
D’un monde énorme qui se brise
Contre un tout petit rien charmant.

La divine mer maternelle
N’a mis dans le bleu de vos yeux
Qu’un petit coin mystérieux
De sa rêverie éternelle.

De sa magnifique beauté
C’est la grâce qu’elle vous donne,
Et devant cette immensité
Vous semblez encor plus mignonne.

Et l’on va se demander si
La vague verte qui déferle
N’a pas apporté jusqu’ici
Une petite fine perle.





HIRONDELLES




Une minute avant l’ondée
Les hirondelles sont là-haut
Elles descendent aussitôt
De la profondeur insondée.