Page:Lenéru - La Triomphatrice.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
32
la triomphatrice


Claude.

Si tu veux faire de la littérature comme tout le monde, tu iras porter tes élucubrations à la boutique d’en face…


Denise.

Pourtant, maman, avec votre nom… Votre éditeur me prendrait tout de suite.


Claude, à Flahaut.

C’est qu’elle le croit !


Flahaut.

Mademoiselle, ne tâtez pas du métier. Si vous saviez quelle peine Claude Bersier et Michel Sorrèze ont eue à me faire imprimer.


Denise.

Ça ne vous a pas empêché d’avoir le prix Goncourt.


Claude.

Peut-être n’y aura-t-il qu’un moyen de la guérir, c’est de la laisser aller. Je te donnerai ma carte : « Claude Bersier recommande chaleureusement une amie, Mlle Denise Bersier. »


Denise.

Mais, maman, vous nous dites toujours que nous n’avons que ce que vous gagnez. Papa dit que, sans vous, nous habiterions au cinquième et ferions nos robes nous-mêmes…


Claude.

Veux-tu te charger de pourvoir à ta toilette ?


Denise.

Je voudrais essayer.


Claude.

Fais-toi modiste ou couturière.