Page:Lenéru - La Triomphatrice.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
46
la triomphatrice


Claude.

Ils ne nous en haïssent pas moins. Ils sentent davantage peut-être l’injure de tous les jours.


Sorrèze.

J’emploie tout mon effort à la pallier…


Claude.

Et moi ? Si vous saviez la camarade, l’ami que je suis pour cet homme qui me déteste et me jalouse. Cette femme, cette compagne à laquelle il n’avait pas droit, je la lui donne autant que je peux… Je me dépense à la maison, comme les autres épouses dans le monde. Si sa vanité ne souffrait pas, il devrait être heureux.


Sorrèze.

Sophiste ! Vous n’êtes qu’un sophiste, mon Claude.


Claude.

Ah ! ne parlons plus de ces choses-là. Donnez-moi des nouvelles de votre livre.


Sorrèze.

Il paraîtra sans doute en même temps que le vôtre. On les annonce déjà.


Claude.

Les indiscrétions… nous n’y pouvons rien. Croyez-vous que nous ayions raison de paraître ensemble ?


Sorrèze.

Cela regarde nos éditeurs. Je ne vois pas le tort que nous pourrions nous faire.


Claude.

Flahaut m’a dit que vous en aviez exprimé un peu d’ennui. Voulez-vous que je donne l’ordre d’attendre octobre ?