Page:Leprohon - Antoinette de Mirecourt ou Mariage secret et chagrins cachés, 1881.djvu/312

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Jamais! jamais ! dit-elle en faisant une légère inclinaison de tête qui indiquait parfaitement l’état de désespoir où elle se trouvait.

— Chère mademoiselle de Mirecourt, rapportez-vous en à l’avis d’un homme qui, par l’âge, pourrait être votre père : ne laissez pas votre esprit s’abattre à ce point à propos d’une querelle d’amoureux. Le major Sternfield est d’un tempérament qui s’excite facilement mais il ne tarde pas à oublier et à pardonner.

Comme il prononçait le nom dé Sternfield, un frisson courut par tous les membres de la jeune femme et plus étonné que jamais, il ne pot s’empêcher de se dire intérieurement :

— Elle n’aime pas évidemment ce misérable ; mais, alors, qu’est-ce que tout cela signifie donc ? Puis, d’un air tranquille et presque indifférent il continua :

— Vous paraissez être si faible et si nerveuse ce soir, ma jeune demoiselle, que ce que vous auriez de mieux à faire serait d’aller de suite vous mettre au lit. Prenez mon bras, je vais vous reconduire hors du salon ; après cela, je dirai à notre ami Sternfield que j’ai insisté pour vous envoyer.

Arrivée au pied de l’escalier, Antoinette exprima toute sa reconnaissance au docteur Manby, lui souhaita bon soir et vola, plutôt qu’elle ne monta, dans sa chambre.

La suivrons-nous là, lecteurs ? l’épierons-nous dans