Page:Leprohon - Armand Durand ou la promesse accomplie, trad Genand, 1869.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
92

mé il mit un peu de mauvaise volonté à faire sa toilette et qu’il prit un pas nonchalant pour se rendre à la maison, ils arrivèrent chez M. de Courval après l’heure fixée, et lorsqu’ils furent introduits dans le salon, le domestique leur apprit que le seigneur et ses jeunes invités étaient à se promener dans le jardin, mais qu’il serait bientôt de retour. Profitant de ces quelques instants de répit, Armand alla s’asseoir dans un coin, tandis que Paul se mit à rôder à loisir dans la chambre pour en examiner l’ameublement. Quel contraste entre cet appartement avec ses rideaux de damas et de dentelles, ses miroirs, ses innombrables colifichets dont les noms et l’usage étaient des énigmes pour eux, et « le plus bel appartement » de leur demeure, simple mais propre, avec son plancher sans tapis, recouvert seulement par quelques catalognes, (fruit de l’industrie de la tante Ratelle), avec ses petits rideaux de bazin blanc, ses chaises empaillées et ses fauteuils de bois n’ayant pour tout ornement que quelques images de saints aux couleurs vives, et quelques petites statues de plâtre aussi invraisemblables les unes que les autres ! Plus Armand regardait la richesse et l’élégance étalées devant lui, plus il sentait la grande distance qui devait le séparer de ceux à qui elles appartenaient, et plus il redoutait de se trouver avec eux.

Une porte, située au bout de la chambre, s’ouvrit tout-à-coup et si soudainement qu’Armand en fit un soubresaut : une jeune fille de