Page:Lermina - L’Énigme.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de bibliothèque. Au moment où Georges entra, il vit ses traits décomposés, et s’avançant vers lui, les mains ouvertes :

— Georges, qu’avez-vous donc ?

— Moi ! rien ! fit le jeune homme. Vous pensez bien que je cherche toujours à deviner la cause…

— Du suicide de M. de Morlaines ?

— Et je ne puis rien découvrir…

— Eh bien ! moi ! je vous apporte la vérité…

Georges poussa un cri rauque. Quoi ! ce secret qu’il voulait enfouir dans l’oubli allait tout à coup se dresser devant lui !

Il avait jugé. C’était fait. Cette femme était chassée. Cette réparation suffisait, mais à cette condition que nul ne connût, ne soupçonnât même la vérité. Et cet homme, l’ami de son père, prétendait savoir !… alors le déshonneur était flagrant, le châtiment devait être plus terrible. Sinon !… Et les paroles odieuses