Page:Lermina - L’Énigme.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


eût reçu un coup de fouet en plein visage.

— Mon père ! Est-ce que j’ai un père, moi !… Allons donc !… Je ne suis qu’un misérable bâtard !…

Marie de Morlaines lui posa la main sur les lèvres :

— Taisez-vous ! par grâce, pour elle !… pour la morte !…

Mais Georges n’entendait plus, il était fou… il s’élança vers la porte, avant qu’on pût s’opposer à ce mouvement.

— Germaine ! cria-t-il.

La vieille n’était pas loin. Elle parut. Georges lui jeta ses doigts autour du poignet, puis, l’attirant, la traînant plutôt, il la jeta, violent, brutal, aux pieds de Mme de Morlaines :

— Demande pardon à cette femme, à genoux !… le front à terre !… Ah ! misérable folle !…

— Monsieur de Morlaines ! suppliait Marie.

— Il n’y a pas ici de M. de Morlaines !