Page:Lermina - L’Énigme.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


brûlant sur sa main glacée, elle pleura longtemps. Puis elle se releva, et, dans la plénitude de sa douleur et de ses regrets, elle l’embrassa au front. Elle avait aux yeux une lueur d’amour immense et qui l’aurait épiée dans cette solitude aurait vu qu’elle étendait la main vers le mort, murmurant des paroles insaisissables, comme si elle eût proféré un serment.