Page:Lermina - L’Énigme.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Et comme il ne lui avait pas été répondu, — ce qui en rhétorique d’amour est le plus éloquent des discours, — dès le lendemain, strict comme s’il fût agi d’un duel ou d’une dette de jeu, M. de Morlaines s’était rendu chez son colonel et lui avait dit :

— Le régiment étant ma famille, vous êtes mon père. Je vous prie de vous rendre chez M. des Chaslets et de solliciter en mon nom l’honneur de son alliance.

Le colonel, qui était un vieil ami de Morlaines et prenait avec lui son franc parler, ne s’était point fait faute de sacrer de la plus impertinente façon ; il avait même rudement pincé l’oreille de ce grand garçon qui « allait faire une bêtise ». Mais le grand garçon s’était regimbé tout net.

Et la demande avait été faite, accueillie, les bans avaient été publiés, les félicitations narquoises que l’on sait avaient été adressées au jeune lieutenant, promu