Page:Les Fouteries chantantes, 1791.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 29 )



LES DOLÉANCES

DE LA
FOUTUE GUEUSE DE POLIGNAC,
OU
REGRETS SUR LA PERTE
DES VITS DE FRANCE.


Air de Manon Giroux.


Voyez en moi cette gueuse,
Qui du genre humain,
Choisit d’une raccrocheuse,
Le beau tour de main ;
À branler prenant la peine,
Que dire à cela ?
D’un doigt j’ai foutu la Reine ;
Encor celui-là.

Plus d’une jolie pucelle
Placée dans mon lit,

C 3