Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, III.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HISTOIRE

DU

CINQUIÈME FRÈRE DU BARBIER.




» Alnaschar, tant que vécut notre père, fut très-paresseux. Au lieu de travailler pour gagner sa vie, il n’avoit pas honte de la demander le soir, et de vivre le lendemain de ce qu’il avoit reçu. Notre père mourut accablé de vieillesse, et nous laissa, pour tout bien, sept cents dragmes d’argent. Nous partageâmes également, de sorte que chacun en eut cent pour sa part. Alnaschar, qui n’avoit jamais possédé tant d’argent à la fois, se trouva fort embarrassé sur l’usage qu’il en feroit. Il se con-