Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, IV.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HISTOIRE

DU

PRINCE AMGIAD ET D’UNE DAME
DE LA VILLE DES MAGES.




Le prince Amgiad ne sortit pour aller par la ville, pendant un mois entier, qu’en la compagnie du tailleur ; il se hasarda enfin d’aller seul au bain. Au retour, comme il passoit par une rue où il n’y avoit personne, il rencontra une dame qui venoit à lui.

La dame qui vit un jeune homme très-bien fait, et tout frais sorti du bain, leva son voile et lui demanda où il alloit d’un air riant et en lui faisant les jeux doux. Amgiad ne put résister aux charmes qu’elle lui fit paroître. « Madame, répondit-il, je