Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, VIII.djvu/450

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HISTOIRE

DE SOLEÏMAN-SCHAH.




« Soleïman-schah, roi de Perse, avoit un frère qu’il aimoit beaucoup, et en qui il avoit la plus grande confiance. Ce frère, si cher à son cœur, mourut, et ne laissa en mourant qu’une fille qu’il recommanda à la tendresse de son frère. Soleïman-schah, qui avoit deux fils et n’avoit pas de fille, aimoit Schah-khatoun (c’étoit le nom de sa nièce), comme si elle eût été sa propre fille, et prenoit le plus grand soin de son éducation.

» La princesse répondit à la tendresse du roi son oncle, et surpassa beaucoup son attente. Douée des plus heureuses dispositions naturelles,