Page:Les premières Oeuvres poétiques de Birague Flaminio 1585 bpt6k1170583.pdf/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PREMIERES AMOURS DE
FLAMINIO DE BIRARGUE,
Gentilhomme ordinaire de
la Chambre du Roy.


SONNETS.

I.



Si jamais tant d'honneur & de gloire m'arrive
Que mes ecris soient leus de la Posterité,
Et que j'aye tant d'heur & de félicité
Que je sauve mon nom de l'oublieuse rive.

Je sçay bien qu'on dira que ma passion vive
Est le juste loyer de ma temerité,
D'avoir aimé, mortel, une immortalité,
D'où mon mal, mon tourment, & ma peine derive.

Mais si c'est un soulas aux Amans douloureux
D'avoir un compagnon, vrayment je suis heureux :
Car qui de ma Deesse icy verral'image

Sera pris comme moy en ses cheveux dorez,
Me pardonnant d'avoir ses beaux yeux adorez,
A qui mesme les Dieux eussent bien fait hommage.