Page:Littré - Pathologie verbale ou lésions de certains mots dans le cours de l’usage.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ger : c’est au dix-septième siècle que le changement de sens s’opère. Cependant friponner, qui veut dire bien manger, commence au seizième siècle, dans Montaigne, à prendre le sens actuel et moderne. Aujourd’hui le sens original est complètement oublié. Ici encore l’acception néologique a tué l’acception primitive. Tout en blâmant ces exécutions qui sacrifient complètement l’ancien au nouveau, ce qui importe ici, c’est de concevoir par quelle déviation l’usage a passé de l’un à l’autre. Le fripon (gourmand) est entaché d’un défaut ; de plus, il est fort enclin aux petits larcins pour satisfaire sa gourmandise. C’est là que le néologisme a trouvé son point d’appui pour faire d’un gourmand un filou. Fripon aurait lieu de se plaindre d’avoir été ainsi métamorphosé. C’est une dégradation ; car, d’un défaut léger et qui n’est pas toujours mal porté, on a fait un coquin, un voleur. D’autres mots tombent de plus haut ; mais ce n’en est pas moins une chute.

Fronder. — Qui aurait jamais imaginé que fronder, c’est-à-dire lancer une pierre ou une balle avec la fronde, engin qui n’est presque plus en usage, prendrait le sens de faire le mécontent, critiquer ? C’est un hasard qui a produit ce singulier résultat. Au temps des troubles de la minorité de Louis XIV, des en-