Page:Londres - Pêcheurs de perles, 1931.djvu/179

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Notre hôte se fit apporter du papier, réfléchit un temps, puis couvrit la feuille d’élégantes arabesques. Il la passa ensuite à Chérif Ibrahim qui traduisit ceci :

« Cette perle est revenue de El Halal (nom du sambouk : le Licite) qui fut pris dans les vents des Démons, au golfe d’Aden et retourné, vidant six plongeurs. Un septième a rapporté la perle. Grâce à Dieu ! »

Le fameux septième entra dans la cour. C’était un Somali, fin de visage et sourd bien entendu. L’Anglais lui donna une livre. Djima Rava lui passa le porte-plume et, en bas du document, le plongeur fit une croix.

Pour un chrétien, c’eût été un mot de la fin !