Page:Longfellow - Longfellow's Poetical Works, Vol XI, 1878.djvu/37

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Œil-de-Perdrix, grand farceur,
Sans reproche et sans pudeur,
Dans son patois de Bourgogne,
Bredouillait comme un ivrogne,
 « Bons amis,
J’ai dansé chez Agassiz ! »

Verzenay le Champenois,
Bon Français, point New-Yorquois,
Mais des environs d’Avize,
Fredonne à mainte reprise,
 « Bons amis,
J’ai chanté chez Agassiz ! »

À côté marchait un vieux
Hidalgo, mais non mousseux ;
Dans le temps de Charlemagne
Fut son père Grand d’Espagne !
 « Bons amis,
J’ai dîné chez Agassiz ! »

Derriere eux un Bordelais,
Gascon, s’il en fut jamais,