Page:Longnon - Pouillés de la province de Sens.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DIOCÈSE DE PARIS.

xnx

HISTOR. DE FRANCE. POUILLÉS, tV.

G

IJlt’IUUE1I£ Rd2IOXdLE.

FOUILLÉ COPIÉ VERS 1525.

Mon plus vif désir était de publier ici le pouillé si complet, dressé vers l’an i45o pour le diocèse de Paris ~) ; mais, après avoir vainement cherché l’original ou quelque copie de ce document, j’ai dû finalement me contenter d’un texte dérivé, le pouillé copié au cours du xvi° siècle en un très beau volume sur vélin, intitulé Liber juramentorum et pullare sive catalogus benenciorum capituli, civitatis et totius diocesis Parisiensis et qui porte aujourd’hui à la bibliothèque Mazarine le n° 33o~ M. M. Auguste Molinier, en son catalogue, attribue le manuscrit 33o~ au milieu du XVI*’ siècle ; mais j’ai pu préciser davantage, grâce à la liste des évêques de Paris transcrite aux pages 280 à 2f)/) du volume et qui en son état primitil s’arrêtait, semble-t-il, à François de Pencher qui occupa le siège épiscopal de 51 a à 1532 t~. Le manuscrit aurait donc été exécuté au temps de ce prélat, et c’est pourquoi je le date approximativement de l’an i5a5. Le pouillé couvre les pages 120 à 287 du manuscrit de la Mazarine que désigne, dans les notes-variantes du texte imprimé, la lettre M. AUTRES POUILLÉS OU LISTES DE BÉNÉFICES. . Compte de procurations pour les années i36()-i3’/o. Archives du Vatican, t. 207 des Collectorie (f 2 r° à 2Q v°). Une copie en a été déposée par mes soins à la Bibliothèque nationale (ms. 1877 des Nouvelles acquisitions latines, t à ~g). 2. Pouillé rédigé vers l’an i~5o.

En son Histoire du diocèse de P<trt !, Lebeuf a fréquemment cité ce pouillé aujourd’hui perdu et qui, sans doute, a péri en i83i, lors du sac de l’Archevêché. De même que tous les pouillés le calligraphe à qui l’on doit le manuscrit de la Mazarine remplissait les blancs laissés a la fin des lignes ; mais la mention d’Etienne de Poncher, occupant toute la ligne, ne nécessitait point l’emploi de cet ornement. Le nom

de Jean du Bellay, qui succéda à François de Pencher, a été évidemment écrit par l’auteur même du manuscrit, et il n’a pas jugé à propos de le faire suivre du bâtonnet enluminé, ce qui le désigne bien nettement comme une addition. ’’) Sur ce pouil] ë, voir les dernières lignes de la présente page et l’appendice, p. Lxxi et s. ’*) Le manuscrit a été décrit par M. Aug. Molinier, Cafa~HC des manuscrits de la bibliothèque J~fa.2 ;ar :rM’~ t. IM, p. 46.

(’) A première vue, on pourrait croire que la liste se terminait tout d’abord par le nom d’Étienne dePoncher, évoque de Paris de i5o3 a 15i g, le dernier des prélats dont le nom ne soit pas suivi du bâtonnet enluminé par lequel