Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


cris ! triomphes ! lauriers ! mains tendues ! accompagnez le Héros…

Accompagnez le Héros…

Ils étaient venus de l’Attique sur un navire aux voiles noires.

Et tous, durant la traversée funèbre, ils s’étaient fiancés deux à deux pour se retrouver au delà de la mort dans les molles prairies d’asphodèles.

Au delà de l’horrible mort que leur destinait le Taureau humain, fruit de la honte de Pasiphaë.

Ils s’étaient fiancés. Cependant deux d’entre eux restaient solitaires : le héros Thésée, confiant en ses mains, et la vierge Myris qui marchait auprès de lui.

Et le soir montait de la terre.

Sous le feuillage horizontal des cèdres, à travers la forêt clair-plantée, les rayons allongés du couchant s’étendaient