Page:Luzel - Contes populaires, volume 2, 1887.djvu/262

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


beau clair de lune, et il vit les Danseurs de nuit, — qui sont des nains, — qui dansaient en rond et chantaient, en se tenant les mains. Un d’eux chantait le premier :


Lundi, mardi et mercredi....


Puis les autres reprenaient ensemble :


Lundi, mardi et mercredi....


Et c’était tout. Nonnic avait souvent entendu parler des Danseurs de nuit, mais, il ne les avait jamais vus, et il se cacha derrière un rocher, pour les observer. Il fut vite découvert et pris au milieu du cercle. Et les nains de danser de plus belle, en tournant autour de lui et en chantant toujours :


Lundi, mardi et mercredi....


Et ils disaient au bossu : — Danse et chante aussi avec nous.

Nonnic n’était pas timide, et il entra dans la danse et chanta avec eux :


Lundi, mardi et mercredi....


Mais, comme ils répétaient toujours ces trois mots, sans plus, il dit :

— Et après ? Votre chanson est bien courte.

— C’est tout, répondirent-ils.