Page:Luzel - Légendes chrétiennes, volume 2, 1881.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et la sœur malade mourut là-dessus.

Comme l’autre s’en retournait chez elle, de nuit, elle aperçut sa sœur morte au milieu d’un grand feu. Elle poussa un cri d’effroi et voulut fuir ; mais la morte courut après elle, la saisit, et la terre s’entr’ouvrit sous leurs pieds et les engloutit toutes les deux.

(Conté par Marguerite Philippe.)




VI


damné, quoique dévot.



Un jeune homme de bonnes vie et mœurs suivit, un soir, des camarades de mœurs légères et amis du plaisir. Entraîné par le mauvais exemple, il tomba dans le péché et se coucha, cette nuit-là, sans faire ses prières, comme il en avait l’habitude. Il mourut dans la nuit.

À quelques jours de là, son père alla recommander une messe pour le salut de son âme au curé de sa paroisse.

— À quoi bon ? lui dit le prêtre ; votre fils est aujourd’hui dans le paradis de Dieu, ou personne n’y ira jamais.