Page:Mélesville et Carmouche - La permission de dix heures.pdf/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


FINALE.

NICOLE et LANTERNICK, à mi-voix.
––––––––Ah ! quelle douce
ivresse !
ifresse !
––––––––Dans l’ombre et le secret
––––––––De peindre sa tendresse
–––––––––––A
l’objet
l’opjet
–––––––––––Qui nous plaît !

Scène XIX

Les Mêmes, BROUSSAILLE, paraissant au fond dans les blés à gauche.



BROUSSAILLE, à mi-voix.
––J’ai vu sur les épis voltiger un chapeau…
––––––––Guettons le godelureau !
––––––––Garde municipal,
––––––––J’ tiens mon procès-verbal.

(Il disparaît par la droite.)


Scène XX

Les Mêmes, LAROSE et MADAME JOBIN.


Ils reviennent par le sentier à gauche. Madame Jobin cherche à le retenir comme dans la seconde gravure.


MADAME JOBIN et LAROSE, à mi-voix.
––––––––Ah ! quelle douce
ivresse !
ifresse !
––––––––Dans l’ombre et le secret,
––––––––De peindre sa tendresse
–––––––––––A
l’objet
l’opjet
–––––––––––Qui nous plaît.