Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/814

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
272
histoire de l’académie,

» Tels sont les motifs qui doivent faire prendre aux travaux de M. Marestier tout l’intérêt qui s’attache à des recherches dont les résultats sont d’une grande utilité publique. »

Ici M. Dupin analyse la partie de l’ouvrage de M. Marestier qui fait connaître les dimensions et la structure des bateaux à vapeur.

Il expose ensuite l’ensemble des résultats mathématiques auxquels l’auteur est parvenu, et il le suit dans les descriptions des bateaux à vapeur exécutés en Amérique.

Le rapport fait ensuite connaître l’objet du second mémoire de M. Marestier : ce mémoire concerne la marine militaire des Américains ; il contient la description et l’examen des frégates à vapeur, et des détails fort importans relatifs aux arts nautiques.

La conclusion suivante, que nous rapportons textuellement, exprime l’opinion que l’Académie s’est formée du travail de M. Marestier :

« Tel est l’ensemble des sujets que l’auteur a traités dans ses deux mémoires. Il fallait beaucoup de sagacité et de talent d’observation pour en recueillir les matériaux. Ces matériaux sont mis en œuvre avec une concision toute géométrique. L’ouvrage que nous venons d’examiner présente toutes les données utiles que l’auteur a pu recueillir, toutes les conséquences qu’un esprit juste et calculateur pouvait en déduire, et rien au-delà. Cette sagesse est un des caractères les plus remarquables du travail étendu que nous venons d’examiner. On y trouve le fruit de cet esprit mathématique propagé par l’enseignement de l’École polytechnique. Il est honorable pour l’enseignement de cette école, de former des élèves qui, mûris par l’expérience, puissent autant voir, et sur-tout bien voir, en observant tous les élémens qu’il importait de recueillir pour arriver à des conséquences démontrées, et pour mettre les ingé-