Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/857

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
315
partie mathématique.

de statistique qu’elle ait eu à sa disposition, a commencé à publier des mémoires fort importans sur l’histoire physique de nos Antilles. Il a paru l’année dernière une première partie de cette collection, qui est destinée à compléter l’histoire naturelle de la Martinique et de la Guadeloupe. D’autres ouvrages contiennent des recherches précieuses et intéressantes sur ces îles ; et lorsqu’on aura de semblables renseignemens sur la Guiane française, sur l’île de Bourbon et sur nos établissemens de l’Inde, on pourra dire que les colonies sont mieux connues que plusieurs parties de l’intérieur de la France.


M. Benoiston de Châteauneuf, qui a déjà présenté à l’Académie et publié des recherches fort intéressantes sur l’industrie de la capitale, a donné un mémoire dans lequel il rapporte l’ordre de mortalité des femmes parvenues à l’âge de quarante à cinquante ans, et il examine avec beaucoup de soin s’il est vrai que la cessation du flux menstruel occasionne à cette époque de la vie une variation sensible dans la loi de mortalité. M. Fourier a fait, au nom d’une commission, un rapport sur ce mémoire. Il expose les conséquences que l’auteur a déduites de son travail. Elles consistent principalement en ce que cette époque de la vie des femmes que l’on a désignée sous le nom d’âge critique, n’est sujette à aucune variation sensible dans la loi de mortalité. Non-seulement la comparaison de toutes les tables où l’on a désigné les sexes n’indique point pour les femmes de cet âge une mortalité plus rapide que celle des hommes, il paraît au contraire qu’à ce même âge la mortalité des hommes est un peu plus accélérée que celle des femmes. Ces conséquences s’étendent à des climats très-divers ; on les observe dans l’ancienne Provence comme à Saint-Pétersbourg et dans les pays