Page:Mémoires de la société géologique de France - 1re série - 1 - 1833-1834.djvu/277

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et le Sebes ou Muhlenbach. Le cas extrême de fendillement se trouve dans la fente transversale complète, occupée par l’Aluta entre Rother-Thurmer-Pass et Rimnik.

En résumant ce que je viens de dire, et faisant abstraction de la direction des rivières dans les plaines, comme trop accidentelle, les montagnes de la Hongrie et de la Transylvanie indiqueraient des redressemens et des fendillemens ayant eu lieu du sud-ouest au nord-est, du nord-ouest au sud-est, de l’ouest-sud-ouest à l’est-nord-est, du sud-sud-ouest au nord-nord-est, et des fendillemens sans redressemens ou des failles produits en général du nord au sud ou de l’ouest à l’est. Parmi les directions de redressemens, les deux premières sont seules communes au sol schisteux primaire et aux couches secondaires, et même celle du sud-ouest au nord-est est plutôt rare dans les schistes anciens. D’un autre côté les fendillemens nord et sud paraîtraient correspondre avec l’apparition des roches trachytiques ou siénitiques, tandis que celles de l’ouest à l’est seraient très récentes ou quelquefois en relation avec l’apparition des porphyres métallifères. Les observations tendent à prouver que ces derniers sont sortis de terre après la formation crétacée ou au moins certainement après celle du grès vert, tandis que les éruptions trachytiques tombent dans la période tertiaire supérieure et les siénites probablement dans une des époques secondaires.

Il faut ajouter que dans les plaines alluviales et tertiaires de la Hongrie et de la Transylvanie, les rivières offrent encore les mêmes directions que dans les montagnes ; pour quelques unes, telle que l’Aluta, etc., cette particularité dépend probablement de fentes produites par suite de redressemens ; mais pour d’autres rivières, comme celles coulant dans la plaine orientale de la Hongrie, de l’est à l’ouest, etc., on ne peut guère se permettre cette idée, vu le peu de profondeur de leurs lits, et les variations qu’ils peuvent subir et ont subies, à cause de la parfaite horizontalité de ce pays bas et marécageux.

L’entrecroisement des systèmes a lieu surtout dans trois points, savoir : la rencontre des systèmes sud-ouest nord-est, et nord-ouest sud-est au centre des Carpathes septentrionales, surtout au-devant du Tatra ; celle des systèmes nord-nord-est sud-sud-ouest et ouest-sud-ouest est-nord-est dans la partie méridionale du Bannat ; celle du système nord-nord-est sud-sud-ouest et du nord-ouest sud-est, et probablement encore une autre entrecroisement sur les frontières de la Bukowine et du Marmarosch.

On ne peut guère préciser l’inclinaison générale des couches de chaque système de redressement, parce qu’on remarque à cet égard beaucoup de variations, et que d’ailleurs les observations à ce sujet ne sont pas assez nombreuses. Néanmoins, dans les Carpathes secondaires, l’inclinaison générale est au nord ouest ou sud-est dans la partie occidentale, où les couches courent du sud-ouest au nord-est, et au nord- est et sud-ouest dans la portion orientale, où les couches courent du nord-ouest au sud-est.