Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
92
Mémoire

de l’acide acétique qui se forment. L’eau paroît encore susceptible de favoriser la formation des acides dans l’éther : aussi quand on agite de l’éther non acide dans de l’eau, il se forme tout de suite beaucoup d’acide dont l’eau s’empare en partie ; et si dans la préparation de l’éther nitrique, au lieu de recevoir le gaz éthéré dans de l’eau froide, on le reçoit dans l’eau chaude, il se produit tant d’acide nitreux, que l’intérieur des flacons qui servent de récipient en est rouge, tandis que l’intérieur de la cornue est sans couleur.

Après avoir obtenu de l’éther par le procédé que je viens de décrire, il étoit nécessaire de le soumettre à l’analyse : mais pour cela, il ne falloit avoir aucune espèce de doute sur sa pureté : c’est pourquoi j’en mis 125 gram. dans une cornue que je chauffai doucement, et dont je ne retirai que les 60 grammes, qui passèrent en premier lieu, en les condensant dans un ballon avec de la glace et du sel ; comme ils étoient devenus acides, je les agitai avec de la chaux ; ensuite je les versai dans une petite cornue qui, lorsqu’elle en fut presque remplie, pesoit 8 gr. 5 ; alors je l’adaptai à l’extrémité d’un tube de porcelaine éprouvé, qui traversoit un fourneau plein de charbon rouge, et qui communiquoit