Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
95
sur les éthers.

traité par la potasse, se réduisoit à 32 parties d’azote pur. Lorsque j’employois toute autre proportion de gaz ; et qu’après en avoir opéré la combustion, je le traitais par la potasse, j’obtenais toujours un résidu de plus de 32 parties, lequel pouvoit s’enflammer ou répandre des vapeurs avec le phosphore ; ainsi ces nouvelles proportions étoient moins bonnes que les précédentes, et celles-ci étoient meilleures que toutes les autres. La quantité d’azote de ce gaz étant déterminée, il falloit en rechercher la quantité de carbone. Pour cela, je suppose qu’on connoisse la proportion des principes constituans de l’acide, supposition qui n’est peut-être point tout-à-fait exacte, mais que faute de meilleure, je suis obligé de faire. En conséquence, d’après l’expérience précédente, j’ai introduit dans l’eudiomètre au mercure bien privé de bulles d’air, 56 parties du gaz provenant de l’éther avec 56 parties de gaz oxigène, pour que celui-ci fût légèrement en excès ; après avoir bien assujetti l’appareil et enflammé le mélange par l’étincelle électrique, j’ai fait passer avec beaucoup de soin le résidu de la combustion dans la mesure de l’eudiomètre remplie exactement de mercure : ce résidu s’étant trouvé égal à 53 parties, et s’étant réduit, en l’agitant avec la