Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
103
sur les éthers.

que l’oxigène de l’acide nitrique se combine avec une grande partie de l’hydrogène et avec une très-petite quantité de carboné de l’alcool ; qu’il résulte de là, 1°. beaucoup d’eau, beaucoup de gaz oxide d’azote, peu d’acide carbonique, peu d’acide nitreux et peu de gaz nitreux ; 2°. la séparation d’une petite quantité d’azote et la formation de beaucoup d’éther nitrique par la combinaison d’une assez grande quantité des deux principes de l’acide nitrique avec l’alcool deshydrogéné, et légèrement décarboné ; 3°. qu’en outre, de l’hydrogène et du carbone de l’alcool, s’unissent encore avec l’oxigène de l’acide nitrique dans de telles proportions, qu’il se forme un peu d’acide acétique et une petite quantité d’un matière qui se charbonne aisément.

Après avoir ainsi examiné tout ce qui a rapport à l’éther nitrique, s’il nous est permis de revenir un instant sur tous les travaux dont il a été l’objet, nous verrons de suite, et beaucoup mieux, je pense, qu’avant cette dissertation, quel degré d’exactitude ces travaux nous présentent. Qu’il soit d’abord question des procédés employés pour l’obtenir ; nous traiterons ensuite de l’analyse du gaz éthéré, des chimistes hollandais.

Il est évident que les procédés qui ont été