Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
104
Mémoire

publiés sur la préparation de l’éther nitrique sont tous défectueux. Sans parler du danger dont plusieurs sont inséparables, et du tems qu’ils exigent pour être mis en pratique, je dirai qu’il n’en est aucun qui donne de l’éther pur ; que dans la plupart, presque tout l’éther se dégageant sous la forme de gaz, le produit qu’on regarde comme de l’éther n’en contient que peu, et contient au contraire beaucoup d’alcool, d’eau, et une certaine quantité d’acide ; que tel est l’éther des pharmaciens, l’éther de Bogues, celui de Woulf, et celui de Brugnatelli, qui, quoiqu’en dise son auteur, doit être acide ; que l’un des éthers de Laplanche doit être encore dans ce cas ; que l’autre est un mélange de celui-ci et d’éther sulfurique ; que malgré la supériorité des procédés de Navier, Black et Proust, sur les précédens, néanmoins l’éther qu’on obtient en les suivant est encore loin d’être pur ; que l’éther de Navier et de Black doit contenir beaucoup d’acide et une assez grande quantité d’alcool ; tandis que celui de Proust, s’il n’est point acide, est au moins très-alcoolique ; enfin que Black et Navier ne retirent pas autant d’éther qu’ils devroient en retirer du mélange qu’ils emploient.

Si maintenant nous examinons tout ce qu’ont