Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
105
sur les éthers.

fait les chimistes hollandais sur le gaz éthéré, nous nous convaincrons, du moins je le crois, que quelques-unes de leurs expériences sont inexactes, et que de presque toutes ils tirent des conséquences erronées.

Pour mettre toute la clarté possible dans cette discussion, examinons successivement tous les paragraphes de leur Mémoire, dans lesquels ils s’occupent des propriétés du gaz éthéré.

Ce n’est qu’au troisième paragraphe qu’ils en commencent l’histoire chimique. Ce paragraphe, ainsi que le quatrième, est consacré à la préparation du gaz éthéré et à l’étude de ses propriétés physiques. Je suis d’accord avec eux sur tous les points de ces deux paragraphes, excepté sur ceux-ci : ils prétendent qu’à la fin de l’opération, le gaz qui se dégage est du gaz nitreux ; et moi je crois pouvoir assurer que c’est un mélange de gaz nitreux, de gaz acide carbonique et de gaz azote. Ils ajoutent que le reste de la liqueur, après que tout dégagement de gaz a cessé, n’est presque que de l’acide acétique ; et d’après mes expériences, il ne contient qu’une petite quantité de cet acide.

Leur cinquième paragraphe est relatif à l’action de l’eau, de l’alcool et de la dissolution aqueuse de potasse sur le gaz éthéré. Si nous