Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
116
Mémoire

ne font jamais que se mêler. Macquer a professé hautement cette opinion dans son Dictionnaire de chimie ; Rouelle[1] l’a partagée, et plusieurs de leurs contemporains, en la consignant dans leurs écrits, l’ont appuyée de réflexions nouvelles. Beaumé[2] paroît être le premier qui en ait soutenu une contraire ; mais, de son aveu, on obtient si peu d’éther par ce moyen, que ce n’est que pour répondre à ceux qui lui nioient la possibilité du fait, qu’il a publié le procédé qui lui a réussi, et qui consiste à faire rencontrer dans un récipient, des vapeurs d’acide concentré et d’alcool rectifié. Beaumé n’a pourtant pas retiré de cette publication, ce qu’il espéroit ; tous ceux qui ne pensoient point comme lui, n’ont pas changé de manière de penser, et c’étoit le plus grand nombre. Quoiqu’il se soit déja écoulé bien des années depuis l’époque de cette discussion, on peut dire qu’elle n’est point terminée. Dans les ouvrages les plus récens, certains auteurs ont évité d’en parler ; ceux qui

  1. Dictionnaire de chimie, de Macquer, art. Éther marin.
  2. Dissertation sur les éthers, par Beaumé.