Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
354
Mémoire

VIe. Expérience.

J’ai fait voir dans mon premier Mémoire sur l’éther muriatique, que lorsqu’on fait passer le gaz éthéré dans un tube de verre rouge cerise, il ne se dépose point ou presque point de charbon ; qu’il se développe beaucoup d’acide muriatique, et autant précisément qu’il en disparoît dans la formation de l’éther, et qu’il se dégage beaucoup d’un fluide élastique sentant l’empyreume, brûlant difficilement, très-lourd, et contenant à coup sûr beaucoup de charbon. J’ai voulu savoir quels seroient les résultats de cette expérience à une chaleurbien supérieure au rouge cerise ; mais de quelque manière que je m’y sois pris, elle n’a jamais pu complettement réussir : elle donne lieu à un si grand dépôt de charbon dans les tubes, que quelquefois ils en sont obstrués presqu’aussitôt qu’on l’a commencée, et alors une forte détonation est produite : je l’ai tentée sans succès dans un tube de porcelaine : avec un tube de cuivre d’environ 0m.025 de diamètre intérieur, dont l’extrémité étoit recourbée et plongeoit directement dans l’eau, elle a d’abord eu quelque apparence de succès ; mais enfin la déto-