Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
67
sur la bile.

d’adipocire ? si l’adipocire étoit un des principes constituans de la bile de l’homme, toute espèce de difficultés seroit levée ; mais on n’y en trouve point, pas même dans celle où se sont formés beaucoup de calculs. Il faut donc admettre ou que l’adipocire se forme dans le foie, et qu’elle se dépose aussitôt ou presque aussitôt sa formation, ou que la résine de la bile humaine peut passer dans quelques circonstances, à l’état d’adipocire. Dans l’un et l’autre de ces cas également possibles, on ne sauroit douter que le noyau de tous les calculs ne prenne naissance dans les canaux biliaires et ne soit ensuite entraîné par la bile, quelquefois dans les intestins et le plus souvent dans la vésicule où ils continuent à s’accroître : c’est ce qu’attestent le grand nombre qu’en contient celle-ci, et ceux qu’on rencontre dans les canaux du foie.

Un de mes grands desirs étoit aussi de soumettre à l’analyse des calculs biliaires de quelques autres animaux, et je regrette bien, faute d’en avoir pu trouver, de ne pouvoir présenter que des conjectures sur leur nature : toutefois ces conjectures acquerront un grand degré de probabilité, si on observe qu’elles reposent sur la connoissance exacte des principes constituans