Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
83
sur les éthers.

de gaz, qui nous présente tous les caractères de celui qu’on obtient du nitrate d’ammoniaque par la distillation, on doit conclure qu’il contient, 1°. un peu de gaz azote, de gaz nitreux et de gaz acide carbonique ; 2°. beaucoup d’éther et de gaz oxide d’azote ; 3°. une certaine quantité d’un acide dont il doit être maintenant question.

Cet acide est de deux sortes ; on y trouve, de l’acide nitreux et de l’acide acétique : mais ces acides y sont tellement combinés avec l’éther, qu’on ne peut point ou qu’on ne peut que difficilement les en séparer directement par les alcalis. En effet, j’ai fait passer, dans trois expériences différentes, le gaz éthéré provenant de 100 grammes d’acide nitrique et de 100 grammes d’alcool, à travers 1°. un lait de chaux, 2°. une dissolution de barite, 3°. une dissolution de potasse très-caustique : pour que les résultats de chacune de ces expériences fussent plus purs, le gaz, avant de traverser l’alcali, traversoit toujours une couche d’eau assez épaisse, et toujours en sortant de l’alcali, il étoit presque aussi acide qu’en y entrant. Aussi l’alcali ne paroissoit-il lui enlever qu’un peu d’acide carbonique, et tout au plus des traces d’acides nitreux et acétique. Lorsque ces expériences se