Page:Ménard - Du polythéisme hellénique, 1863.djvu/295

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Apollon prit possession de l’oracle, sans toutefois en déposséder la Terre, car Plutarque, en visitant le temple de Delphes, parle du sanctuaire de la Terre, et lorsqu’il veut expliquer pourquoi l’oracle est commun à la Terre et à Apollon, il dit que l’exhalaison prophétique de la Terre est produite par l’action du Soleil. Le dessèchement des marais par les rayons solaires donna aussi naissance à la légende de Pytho, nourrice de Typhaon, tuée par les flèches d’Apollon, d’après l’hymne homérique. C’est encore par une conséquence naturelle de son caractère solaire qu’Apollon est regardé comme le dieu prophète par excellence ; le Soleil dissipe toutes les ombres, il est « l’œil du ciel qui voit tout », dit Eschyle. C’est là une forme de langage très familière aux Grecs ; il leur semble que la source de toute clarté doit voir toute chose, et ils ne disent pas seulement : le Soleil éclaire devant lui, mais : le Soleil voit en avant, prévoit. C’est lui qui chasse les terreurs nocturnes. Dans l’Electre de Sophocle, Clytemnestre, effrayée par un songe, le raconte au Soleil levant ; c’était, dit le scholiaste, la coutume des anciens, pour échapper à l’accomplissement des mauvais rêves.

Outre la Terre, d’autres divinités passent pour avoir été en possession de l’oracle de Delphes avant Apollon. Eschyle nomme Thémis, personnification de l’ordre général du monde, et mère de Prométhée, qui est aussi un dieu prophète, parce que le feu, comme le Soleil,