Page:Machaut - Œuvres, éd. Hœpffner, II.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


120 REMEDE DE FORTUNE

Locr Esperence, a qui bail

De moy et de mon cuer le bail, 3256 Et mercier; car se riens vail

Et s'a bien faire me travail,

C'iert sans doubtance

Par li; car en mortel travail 3260 Fui entre le coing et le mail,

Si que je ne donnasse un ail

De ma vie; mais soustenail

Me fu, dame, amie et murail, 3264 Tour et deffense.

Douce Esperence, c'est le port

De ma joie et de mon déport;

C'est ma richesse, mon ressort ; J268 C'est celle en qui je me déport;

Car es maus d'amours que je port Ay tel plaisence,

Car quant il font plus leur effort 3272 De moy grever, plus me confort,

Et tout par son noble confort

Suis je respitez de la mort

Qui m'eiist, s'elle ne fust, mort

3276 Sans deffiance.

Elle m'a fait trop plus d'amour, De courtoisie, de douçour, D'onneur, de profit, de tenrour, 3280 Qu'a nul autre ; car nuit et jour Contre Désir soustient l'estour Qui point et lance

32?7 E Ne a bien f. — 325g J li qui en — ?26o J Sui — 3263 et a été ajouté par B' dans D; E mirail — 32Ô6 J et mon déport — 3267 BCEJ raport — 3269 J Car aus maus damer — 3270 J puissance — 3271 CE Et; .7 font tout leur — 3275 B celle —

3277 E Celle — 3278 E et de — 3279 A Donner.

�� �