Page:Maman J. Girardin.pdf/42

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui s'obstinait à battre en retraite sous la manche de son veston. Fier de son succès, il déclara hautement que la grâce parisienne est comme le soleil: aveugle qui ne la voit pas.

« Et cependant, il y a en province des hobereaux si encroûtés et des douairières si arriérées, qu'elles frôlent la grâce parisienne sans la reconnaître. »

La grâce parisienne, représentée par Mme de Jégon, mit son lorgnon sur son nez, tourna la tête pour regarder la prairie de l'Indre et rougit légèrement sous sa poudre de riz. Le capitaine, irrévérencieusement, se dit à part lui que les hobereaux et les douairières de la Silleraye n'étaient pas déjà si sots d'avoir fermé leurs portes à des comédiens aussi ridicules.

Sur cette pensée charitable, le capitaine se leva, bien décidé cette fois à en finir, car il était excédé. Il eut l'effronterie, ou la politesse, comme on voudra, de déclarer qu'il était désolé de partir, mais il devait envoyer une dépêche le soir même, il avait déjà perdu vingt-quatre heures, il ne pouvait pas tarder davantage.

Madame, en minaudant, le pria d'excuser une pauvre maîtresse de maison, qui avait été prise à l'improviste, et n'avait pas eu le temps de s'assurer si tout était bien en ordre. Le capitaine s'inclina sans répondre et la visite commença.

La maison était très commode et très bien distribuée; on avait le bureau de perception sous la main, dans un petit bâtiment annexe, avec une entrée particulière. Les meubles étaient absolument neufs. En revoyant ceux du salon, le capitaine éprouva une sorte de pitié pour les deux étourdis qui avaient acheté si cher une si cruelle mortification.

M. de Jégon, employé subalterne des finances, allait beaucoup dans le monde, avec le secret espoir d'épouser une héritière. A la suite d'un cotillon où il avait été tout simplement sublime, il obtint la main et la dot d'une jeune étourdie qui avait quelque fortune. Quoique M. de Jégon se fût présenté modestement comme un jeune homme plein d'avenir, le ministre des finances, par suite d'un inexprimable aveuglement, le laissait végéter dans son infime situation. Par amour-propre, par dépit, par un secret espoir d'arriver plus rapidement en prenant une autre voie, M. de Jégon conçut un jour l'idée de demander une perception.

« Quitter Paris! jamais! s'écria Mme de Jégon avec une noble