Page:Maman J. Girardin.pdf/79

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Quand il traversa le pont, les becs de gaz formaient comme deux lignes de vers luisants dans la demi-obscurité du crépuscule; mais les magasins ne faisaient pas encore ruisseler sur les trottoirs la lumière éclatante de leurs lampes à réflecteurs. Enhardi par le mystère de cette demi-obscurité, M. Pichon fit un coup de tête, et pénétra brusquement dans un des magasins de joujoux. Au bruit de la sonnette, les gens de la maison, qui dînaient dans l'arrière boutique, cessèrent brusquement de parler et de rire. Quelqu'un se leva, prit une des deux lampes qui éclairaient la table, et M. Pichon se trouva face à face avec .une jeune femme très élégante, qui lui demanda ce qu'il désirait. Bien qu'à le voir, la jeune dame élégante s'était dit que ce bonhomme devait se tromper de porte.

« Faites excuse, dit M. Pichon, c'est une commisssion que j'ai à faire; je ne me connais pas en joujoux. vous savez; et je me fie à vous pour me donner quelque chose de joli; il s'agit d'un petit garçon de huit ans et d'une petite fille de sept. »

Il ajouta prudemment: « C'est une famille très bien, et s'ils sont contents, vous aurez la pratique! »

Cette perspective n'éblouit pas la jeune femme élégante, ou du moins, si elle fut éblouie, elle n'en fit rien paraître. Avec cette dextérité que donne une longue habitude, elle ouvrait des vitrines et les refermait presque aussitôt, après avoir escamoté deux ou trois objets, qu'elle répartissait au fur et à mesure en deux lots, sur la grande table du milieu. M. Pichon, les deux bras ballants, la regardait opérer avec une admiration profonde. En général, les objets lui plaisaient, quoiqu'il trouvàt que ce n'était peut-être pas assez haut en couleur. Mais il eut la prudence de garder son opinion pour lui.

Il y eut un moment où la jeune femme posa la lampe entre les deux lots, et regarda M. Pichon d'un air interrogateur. M. Pichon, de son côté, la regarda d'un air parfaitement ahuri.

La dame réprima un sourire, et dit: « Je ne sais pas si je dois ajouter d'autres joujoux; vous ne m'avez pas dit quel prix les personnes veulent y mettre.

— Oh! ils ne regardent pas au prix; ils sont comme cela dans cette famille-là!

— Dans tous les cas, reprit la dame en promenant d'un air