Page:Manuscrit Graham.djvu/3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


- Mon second était de me soumettre à Dieu et à toutes les équerres véritables exécutées ou adressées par un frère. Mon troisième était de ne jamais voler de peur d’offenser Dieu et et de déshonorer l’équerre. Mon quatrième était de ne jamais commettre d’adultère avec l’épouse d’un frère, ni de dire à celui-ci de mensonge intentionnel. Mon cinquième était de ne pas désirer une injuste vengeance d'un frère, mais de l'aimer et le secourir quand c’est en mon pouvoir, sans me causer trop de préjudice.

— Je reconnais que vous avez été dans une loge ; je vous demande maintenant combien de Lumières appartiennent à une loge ?

— Je réponds 12.

— Quelles sont-elles ?

— Les trois premiers joyaux sont le Père, le Fils et le Saint Esprit ; puis le soleil, la lune, le maître Maçon, l'équerre, la règle, le plomb, le fil, le maillet et le ciseau.

- Démontrez que tous ceux-ci sont complémentaires (adaptés).

- Pour ce qui est de la Sainte Trinité, elle donne la sagesse. En ce qui concerne le Soleil, il procure la lumière jour et nuit. Quant à la lune c’est un corps obscur issu de l’eau, elle reçoit sa lumière du soleil et est également reine des eaux qui sont le meilleur des niveaux. En ce qui concerne le maître maçon, il enseigne le métier et doit former une triple voix pour transmettre nos secrets, s'il est un homme éclairé, car nous croyons en un pouvoir supérieur. Car bien que les 70 aient eu un grand pouvoir, les 11 avaient un pouvoir plus grand encore parce qu'ils avaient choisi Mathias en place de Judas. Pour ce qui est de l'équerre, la règle, le plomb, le fil, le maillet et le ciseau, ce sont six outils sans la plupart desquels un maçon ne peut accomplir un bon travail.

- Quelle interprétation peut-on tirer de ces 12 lumières ?

- Nous en tirons l'interprétation selon laquelle ce sont les 12 patriarches et aussi les 12 bœufs, dont nous lisons au chapitre 7 du Premier Livre des Rois qu'ils portaient la mer d’airain et étaient le symbole des 12 disciples qui devaient être instruits par le Christ.

- Je reconnais que vous êtes entré. maintenant je vous demande si vous avez été élevé.

- Oui je l'ai été.

— Dans quoi avez-vous été élevé ?

— J’ai été élevé dans la science de nos [secrets] originels tant par la tradition que par l’Écriture.

- Quelles paroles de fondation prononcez-vous en commençant un édifice, là où vous supposez que quelque esprit infernal et destructeur hanterait les lieux et pourrait ébranler l’ouvrage de vos mains ?

- 0 viens, permets-nous et tu recevras.

— A qui parlez-vous ?

— En prière à la Sainte Trinité.

— Dans quelle posture prononcez-vous ces paroles ?

— A genouillé, tête nue, la face tournée vers l’est.

— Et que voulez-vous dire par cette expression

— Nous voulons dire que nous rejetons l'hypocrisie (le pharisaïsme) et sommes différents de ces gens de Babel qui prétendaient construire jusqu'au ciel ; mais nous prions la Sainte Trinité qu'elle nous permette (10) de construire d'aplomb et d'équerre afin qu'elle reçoive la louange qui lui est dûe.

- De quand datent ces paroles et pourquoi en avait-on besoin ?

- La réponse est qu'au commencement, avant que l'Évangile ne se répande sur le monde envahi d’esprits infernaux et destructeurs, les hommes ne pouvaient construire que grâce à la foi et la